Tutoriel : Régime enregistré d'épargne-études (REEE) | Milesopedia
Les Meilleures Offres du Mois
livre ouvert gbdf

Le Régime Enregistré d’Épargne-Études (REEE) : Ce que vous devez savoir

En bref Voici tout ce que vous devez savoir sur le Régime Enregistré d'Épargne-Études (REEE) au Canada : types, avantages, limites.

Il ne fait aucun doute que l’une des responsabilités les plus épanouissantes est d’être parent. Cependant, les jeunes représentent l’avenir, et planifier la réussite de votre enfant peut être un défi – surtout avec les chemins apparemment illimités qu’ils peuvent emprunter. Comme vous l’avez vu avec nos séries sur les CELI et les REER, vous pouvez utiliser plusieurs véhicules financiers pour atteindre une grande richesse dans ce pays. Préparer l’avenir de vos enfants n’est pas différent. Alors, quel outil pouvons-nous utiliser cette fois-ci pour inculquer des valeurs à nos enfants et les aider à financer leurs études ?

Si vous voulez donner à votre enfant un bon départ, ne cherchez pas plus loin. Cet article traite du régime enregistré d’épargne-études (REEE).

Qu'est-ce qu'un REEE ?

Le REEE est un compte de placement établi dans le seul but de financer les études futures de votre enfant, qu’il s’agisse de l’université, du collège ou de programmes de formation professionnelle. Comme le CELI et le REER, le REEE est un compte fiscalement avantageux, qui vous permet d’investir et de bénéficier d’une croissance en franchise d’impôt.

Le REEE fonctionne avec trois parties principales :

  1. Le souscripteur : Cette personne verse des cotisations au REEE. Bien qu’il s’agisse généralement des parents de l’enfant, il n’y a aucune restriction quant à la personne qui peut être le souscripteur. Ceci, bien sûr, est sujet à des limitations basées sur le type de REEE que vous avez.
  2. Le promoteur : Généralement, l’institution financière qui verse vos cotisations et le revenu gagné sur ces cotisations à votre enfant lorsqu’il suit des études postsecondaires.
  3. Le bénéficiaire: Il s’agit de votre enfant qui recevra les contributions du promoteur. Pour être bénéficiaire, votre enfant doit avoir été résident du Canada au moment de la désignation et détenir un numéro d’assurance sociale valide. Un enfant peut être le bénéficiaire de plus d’un REEE, mais dans certaines limites.

Alors que les enfants utilisent leurs cotisations au REEE à différents stades, le souscripteur verse des cotisations au nom du bénéficiaire sur une période déterminée. Une fois que le bénéficiaire a été accepté et qu’il fréquente un établissement d’enseignement postsecondaire admissible, le promoteur lui verse ce qu’on appelle un paiement d’aide aux études (PAE). Le souscripteur peut également effectuer des retraits appelés paiements pour études postsecondaires (PSE).

Types de REEE

Tout le monde peut ouvrir un REEE. Vous pouvez en ouvrir un conjointement avec un époux ou un conjoint de fait. Il existe trois types de régimes REEE dont vous pouvez profiter pour aider à financer les études de votre enfant :

Plans de REEE individuels (non familiaux) :

Avec un plan individuel, un seul bénéficiaire peut être désigné à tout moment. Cette formule est idéale pour une famille avec un seul enfant ou si vous n’avez pas de lien de parenté direct avec le bénéficiaire.

REEE familial

Si vous avez plus d’un enfant, le REEE familial peut être avantageux, car vous pouvez désigner des fonds pour plusieurs enfants une fois qu’ils sont inscrits à des études postsecondaires. La seule condition est que les enfants soient liés à vous, par le sang ou par l’adoption.

Cela inclut les enfants, les beaux-enfants, les petits-enfants, les frères et les sœurs. Les bénéficiaires doivent également être âgés de moins de 21 ans.

REEE collectif

Tout comme le régime individuel, le régime collectif est destiné à un seul enfant, qui ne doit pas nécessairement avoir de lien de parenté avec vous. Votre argent est mis en commun avec plusieurs autres enfants du même âge et est activement investi dans des placements à faible risque. Le montant que vous recevez dépend de l’argent qui se trouve sur le compte collectif, et chaque groupe a ses propres règles et règlements.

Bien qu’il y ait plus de restrictions avec un régime collectif, vous avez moins de stress lorsque vous déterminez les types de placements dans lesquels placer votre argent.

Avantages d'un REEE

1. Donner à votre enfant un bon départ

Les études postsecondaires peuvent être coûteuses. Le coût moyen des frais de scolarité d’un premier cycle universitaire étant de 6 693 dollars, vous donnez à votre enfant une bonne longueur d’avance sur ses camarades. Ils n’auront pas à penser à un prêt étudiant et pourront mettre à profit leur formation pour mener une carrière épanouissante.

Vous leur donnez un outil précieux pour leur parcours de création de richesse.

2. Croissance à l'abri de l'impôt

Lorsque vous épargnez pour les études de votre enfant, vous économisez peut-être des milliers de dollars sur tous les gains réalisés sur le compte. Bien que le bénéficiaire soit soumis à l’impôt sur tout revenu retiré, le revenu d’un étudiant est si faible qu’il peut ne pas payer beaucoup ou rien du tout en fin de compte.

Cela vous donne la possibilité d’investir dans un large éventail de placements, notamment des FNB, des options, des certificats de placement garantis (CPG) et des obligations, le tout en franchise d’impôt.

3. La contrepartie du gouvernement

L’appariement du gouvernement aka plus d’argent pour financer l’éducation de vos enfants sous la forme de subventions, d’obligations et d’incitations. La Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) en est un exemple.

Il s’agit d’une autre excellente caractéristique du REEE qui promet un jumelage de 20 % des cotisations annuelles que vous versez dans un REEE jusqu’à un plafond à vie de 7 200 $. En dehors des nombreuses incitations provinciales disponibles, les enfants de familles à revenu modeste peuvent également bénéficier du Bon d’études canadien.

4. Flexibilité

Les études postsecondaires sont sans aucun doute une excellente voie à suivre, mais elles ne conviennent pas à tout le monde, d’un point de vue réaliste. Le REEE offre une excellente flexibilité si vous avez un enfant qui n’est pas scolarisé. Vous pourriez nommer un nouveau bénéficiaire en transférant le REEE à son nom, en convertissant le REEE en REER ou en fermant le REEE et en le retirant.

Peut-être que les portes ne sont pas complètement fermées non plus. Si, par hasard, votre enfant décide de faire des études plus tard dans sa vie, un REEE peut rester ouvert jusqu’à 35 ans.

Limites des contributions

Le REEE n’a pas de limite de cotisation annuelle. Il existe toutefois une limite à vie de 50 000 $ pour un seul bénéficiaire. Cela devient important si vous avez plus d’un REEE ouvert pour un seul bénéficiaire.

Pour bénéficier de la SCEE, les montants que vous déposez par an doivent correspondre à la subvention annuelle accordée. Puisque la subvention annuelle de la SCEE à laquelle vous êtes admissible est de 500 $, une bonne règle à garder à l’esprit est de cotiser jusqu’à 2 500 $ chaque année au REEE de votre enfant.

Il faut également éviter de trop cotiser à un REEE. Pour chaque mois de cotisation excédentaire, vous paierez une taxe de 1 % par mois sur votre part des cotisations excédentaires. Cet impôt se poursuivra jusqu’à ce que vous retiriez le montant supplémentaire du REEE.

Limites de retrait

Avant d’essayer de retirer de l’argent de votre REEE, il y a plusieurs règles que vous devez connaître. Pour faire court et efficace, voici quelques lignes directrices générales :

  • Le souscripteur est le seul à pouvoir effectuer des retraits sur le compte au nom du bénéficiaire.
  • Une fois que le bénéficiaire est inscrit dans un établissement d’enseignement secondaire postsecondaire, vous pouvez demander des paiements en son nom pour l’aider à payer ses études. La limite actuelle de retrait est de 5 000 $ ou de 2 500 $ si le bénéficiaire est à temps partiel. Il s’agit des PAE, qui sont des retraits des revenus de placement et des subventions publiques, ou des PSE effectués par le souscripteur.
  • Les retraits effectués sous forme de PSE ne sont pas imposables et peuvent être retirés en franchise d’impôt. Les PAE, en revanche, sont considérés comme un revenu imposable. Mais n’oubliez pas que la plupart des étudiants ont de faibles revenus et suffisamment de droits de scolarité et de crédits d’éducation pour ne pas en ressentir les effets.

Comment ouvrir un REEE

La meilleure façon d’ouvrir un REEE est de se rendre dans n’importe quelle institution financière et d’ouvrir simplement un compte au nom de votre enfant. Vous avez de nombreux choix, mais il est recommandé de choisir un fournisseur qui répond le mieux à vos besoins et dont les frais sont relativement faibles. Vous devez également vous assurer que votre enfant dispose d’un numéro d’assurance sociale et de documents justificatifs comme un certificat de naissance.

Conseil de pro : vous ne ferez peut-être pas de grosses contributions au départ, mais soyez sûr que les petits versements s’additionneront et feront une énorme différence dans la vie de vos enfants à long terme.

Conclusion

Le REEE est une excellente occasion de mettre vos enfants en position de gagner à tous les parents. Continuez donc à améliorer votre connaissance de ces produits financiers, et vos enfants vous remercieront vraiment lorsque viendra le moment de mettre à profit leur éducation.

Avez-vous ouvert un REEE pour vos enfants ? Dites-nous comment ça se passe !

Venez discuter de ce sujet dans notre groupe Facebook!

Lectures conseillées