Obtenez jusqu'à 400 $ de remise en argent!
nbe nsb 737 8 max erik bye

Norwegian arrête ses liaisons avec les Antilles depuis Montréal

Une mauvaise nouvelle pour les Montréalais: la compagnie à bas coûts, Norwegian, vient d’annoncer qu’elle arrêterait de desservir les Antilles depuis les États-Unis et le Canada… dont Montréal.

La fin de Montréal – Pointe-à-Pitre  / Montréal – Fort-de-France par Norwegian

La compagnie à bas coûts, Norwegian, avait décider il y a quelques mois de s’attaquer au marché des Antilles au départ de plusieurs villes nord-américaines:

  • Montréal YUL
  • New York JFK
  • Fort Lauderdale FLL

Sauf que cette compagnie fait face à de très grandes difficultés financières, comme d’autres compagnies à bas coûts avant elle qui desservent (ou devaient desservir) Montréal:

Proche de la faillite, Norwegian a vu venir à son secours l’État norvégien via la banque public DNB Bank.

nbe nsb 737 8 max erik bye

Malgré d’intenses campagnes promotionnelles avec des billets à très bas coûts, il semblerait que cela n’ait pas suffit: Norwegian a donc décidé de cesser toutes ses opérations à destination des Antilles au départ du Canada (Montréal) et des États-Unis (New York / Fort Lauderdale) à la fin de la saison hivernale (fin mars 2019).

Une porte-parole de la compagnie, Marion Lamure, a expliqué à RCI que ces vols n’étaient pas profitables.

Une décision commerciale a été prise de ne pas renouveler nos opérations saisonnières dans la zone Antilles. On se rend compte que nous n’avons pas atteint la rentabilité souhaitée. Les avions n’étaient pas remplis dans les deux sens sinon nous n’aurions pas cessé les activités. On a bien vu une évolution en terme de remplissage, notamment l’intérêt des Américains pour les Antilles mais ces opérations ne sont pas assez rentables sachant que la compagnie a lancé un plan de réduction des coûts.

Conclusion

Les compagnies à bas coûts ont bien du mal à concurrencer des compagnies bien établies comme Air Canada, Air Canada Rouge, Air Transat ou WestJet, ou d’autres spécialisées sur ce type de desserte comme Sunwing. On pourrait dire que les taxes aéroportuaires canadiennes n’aident pas… mais ici la compagnie invoque plutôt des avions n’ayant pas eu un taux de remplissage suffisant. Un marché saturé?

Laisser un commentaire

Lectures conseillées