Accueil / Programmes de récompenses aériens / Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan

Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan

L’annonce du divorce programmé pour 2020 entre Air Canada et Aéroplan a eu l’effet d’une bombe en fin de semaine dernière. Beaucoup de personnes à vrai dire – y compris nous – ont été surprises par cette annonce.

Et il n’y a qu’à lire les commentaires sur les pages Facebook des deux entreprises pour cerner les craintes de leurs clients. Les clients d’Aéroplan étant les plus vindicatifs:

commentaires-fb-aeroplan Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan
Commentaires sur la page facebook d’Aéroplan

Alors que ceux d’Air Canada sont plus dans une mentalité de « Wait & see« .

commentaires-fb-air-canada Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan
Commentaires sur la page Facebook d’Air Canada

Car oui, il s’agit bien de deux entreprises différentes comme nous vous l’expliquions dans notre précédent article.

Avant de vous parler de notre sentiment sur le sujet dans de futurs articles, faisons un petit tour des réactions de la presse généraliste et spécialisée, au Canada et ailleurs dans le monde.

Le divorce entre Aéroplan & Air Canada vu par la presse canadienne

lapresseplus Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan

Stéphanie Grammond dans La Presse+ commence fort:

Chers membres d’Aéroplan, j’espère que vous avez besoin d’un grille-pain. Non ? Alors peut-être d’un bijou de Caroline Néron ou d’une machine à café Nespresso ? Non plus ?

On vous l’a déjà dit: on n’utilise pas ses points ou miles pour acheter un grille-pain!!

Aéroplan a beau dire que très peu de ses membres sont des voyageurs assidus d’Air Canada, il n’en demeure pas moins que les trois quarts des milles accumulés par les membres d’Aéroplan sont échangés contre des billets d’avion.

Ouf, l’honneur est sauf.

À partir de juin 2020 (…) il y a fort à parier que les prix seront plus élevés et que les membres devront allonger davantage de milles pour obtenir un billet d’avion. Pour éviter de perdre au change, les voyageurs ont donc avantage à réserver un billet d’ici 2020.

Stéphanie Grammond n’a pas tort: une phrase du communiqué de presse d’Air Canada laisse peu de place à interprétation: « Air Canada a l’intention de continuer à proposer Aimia, pour les membres Aéroplan, des places en échange de primes après 2020, à des tarifs concurrentiels par rapport à d’autres programmes de fidélisation« . Entendez: « à des tarifs plus élevés qu’aujourd’hui« .

La conclusion de Stéphanie Grammond nous laisse perplexe:

Beaucoup risquent d’abandonner les cartes de crédit CIBC et TD qui ont acquis 10 % du marché canadien du crédit grâce à leur association avec Aéroplan. Pourquoi ne pas migrer vers une carte de crédit avec remise en espèces ? Plus simple, plus rapide, moins de déception.

Ce serait n’avoir qu’une carte de crédit dans son portefeuille… ! Rien n’interdit d’avoir effectivement une carte de crédit avec remise en espèces pour certaines de vos dépenses, et des cartes vous offrant des bonnes options pour vos voyages ! Maintenons une part de rêve ici ! Car pour beaucoup d’entre vous, le rêve devient réalité grâce aux points et miles…aéroplan!

logo-journal-de-montreal Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan

Vincent Larin du Journal de Montréal s’est tourné vers des « experts en programmes de récompenses » pour rédiger son article (tiens, il ne nous a pas contacté 🙁 )

«À court terme, ça ne change pas grand-chose pour le consommateur moyen, qui a trois ans pour liquider ses points Aéroplan», note le professeur de marketing à l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC), Jacques Nantel. Selon lui, Aimia devra absolument se trouver un nouveau partenaire pour offrir des vols d’avion comme primes s’il souhaite continuer d’attirer des membres.

Un autre expert interrogé sur le sujet prévoit même la fin d’Aéroplan:

Le programme Aéroplan risque toutefois de disparaître s’il ne s’adapte pas, croit l’associé chez R3 Paul Lafortune, qui donne également des séminaires en fidélisation à HEC. «Je cumule des points à quel endroit et pour quoi au juste? Ça va devenir la question, dit-il. La survie [d’Aéroplan] n’est pas garantie après 2020 sans partenaire aérien.» «Airmiles, par exemple, est un programme plus adapté pour acheter toutes sortes de choses comme des machines à café ou des micro-ondes, alors qu’Aéroplan, c’est vraiment conçu pour les vols d’avion», explique Paul Lafortune.

Nous rejoignons Paul Lafortune: AIRMILES est davantage conçu pour acheter des marchandises – même si des collecteurs y trouvent leur compte pour voyager grâce à leur miles AIR MILES – alors qu’Aéroplan a été monté autour du partenariat avec Air Canada.

Et si AIR MILES et Aéroplan venaient à fusionner… Car après tout, ces programmes bien que concurrents aujourd’hui pourraient être complémentaires et trouver des synergies. Nous en parlerons prochainement.

logo_site_lesaffaires Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan

Daniel Germain du journal Les Affaires, rappelle qu’Air Canada a pris les devants en faisant un préavis de plus de 3 ans pour ce divorce:

Ayant sans doute appris des leçons du fiasco d’Air Miles, Air Canada semble vouloir s’assurer que la transition se fasse en douceur. (…) Cette séparation est un véritable coup de tonnerre dans le ciel des programmes de fidélité. (…)

Nous ne sommes par contre pas vraiment d’accord avec la conclusion du journaliste:

Les programmes de fidélité ont pris avec le temps des proportions excessives, au point où ils peuvent prétendre au statut de système monétaire parallèle. Dans le contexte, il est utile de rappeler les qualités d’une monnaie résident dans sa stabilité et dans la confiance qu’on lui accorde. Ce qui nous fait penser que lorsqu’on transige avec des points de fidélité, on a parfois l’impression de voyager dans une république de banane.

Les programmes de récompenses ne sont pas des « systèmes monétaires parallèles » et les points / miles ne peuvent donc être considérés comme une « monnaie ». Ceux-ci sont obtenus grâce à votre loyauté à un commerce ou à votre propension à les accumuler grâce aux bonus de souscription des différentes cartes de crédit. C’est un peu comme la cerise sur le gâteau / sundae: c’est ni plus ni moins un bonus que d’autres ne prennent pas la peine d’aller chercher !

Le divorce entre Aéroplan & Air Canada vu par la presse internationale

logo-skift Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan

Brian Sumers de Skift.com résume bien pourquoi Air Canada a pris cette décision:

It was a big deal when Air Canada spun off its frequent flyer program. And it was probably a good idea for the time because Air Canada needed the cash. But times are different now, and Air Canada is in stronger shape. It makes sense it wants to control its own program.

Et de continuer:

Air Canada now knows less about its customers than many of its competitors, and unlike many airlines, it doesn’t have lucrative co-branded credit card deals, since those belong to Aimia. Credit cards are branded as Aeroplan.

Effectivement, Air Canada retrouvera sa liberté de pouvoir conclure des ententes avec des institutions financières pour proposer des cartes de crédit affiliées à son futur programme de récompenses. Est-ce que TD, CIBC & American Express arriveront à se soustraire de l’entente qu’elles ont avec AIMIA / Aéroplan (jusqu’en 2024 pour les deux premières et 2018 pour Amex) ? Ou est-ce que d’autres joueurs comme RBC ou Scotia vont entrer en lice pour proposer des cartes Air Canada… l’avenir nous le dira !

omaat Revue de presse sur le divorce entre Air Canada et Aéroplan

Ben Schlappig de One Mile At A Time résume bien la situation actuelle dans laquelle se trouve Air Canada:

Right now there are so many limitations for members due to the loyalty program being run by a third party:

  • It makes it complicated to take care of passengers during irregular operations
  • It creates a complicated system, because members have separate accounts with the airline and loyalty program, requiring them to visit two websites, etc.
  • Often members have to make two calls when making award reservations that involve special requests — one call to Aeroplan, and one call to Air Canada
  • There’s no way to use Aeroplan miles to upgrade on Air Canada, presumably because they couldn’t come up with a mutually beneficial way to do so

La situation était trop confuse pour toutes les parties engagées, notamment les clients. Et l’avenir semble prometteur pour Air Canada selon Lucky:

An airline has more opportunities to create a rewarding and interesting loyalty program if it’s offered in-house rather than through a third party.

Et de conclure:

Air Canada: you have a great opportunity to build a great program. Don’t screw it up.

Gary Leff de View From The Wing, toujours très bien renseigné, nous livre sa version des faits:

For some customers that’s likely to be great, because it means more competition in Canada. Aeroplan is going to have to try to retain their customers without an exclusive Air Canada relationship which gave them access to Star Alliance awards. Air Canada is going to have to entice customers to join a new program.

En effet, Aéroplan va sûrement chercher à nouer des partenariats avec des compagnies aériennes – peut-être même en dehors de Star Alliance – pour continuer de proposer des primes aériennes à ses membres. Alors qu’Air Canada va tout faire pour encourager les membres d’Aéroplan à rejoindre le nouveau programme de la compagnie canadienne.

(Air Canada) number one goal is to win back customers, so they’re going to offer huge enrollment incentives when the time comes. (…) No doubt card signup bonuses are going to have to be large, and earning propositions significant, since they’re starting at ground zero with members. Air Canada has a portfolio of Altitude elite members, and other customers who fly the airline (some of whom aren’t Aeroplan members) but they don’t have the 5 million member database that Aeroplan does and they don’t get to keep that database come June 2020 either.

Vous aimez les bonus de souscription en miles aéroplan ou en points-privilèges d’American Express… vous allez sans doute adorer ce qui arrivera dans 3 ans ! Air Canada partant de zéro devra mettre le paquet pour attirer des nouveaux membres… et quoi d’autres que les bonus de souscription des cartes de crédit pour les convaincre des bons côtés de ce nouveau programme?

Aeroplan is part of a billion dollar company, Aimia. It has huge value, and there’s no question Aimia will fight for its life. They’ll negotiate to continue to buy seats on Air Canada, and they’ll offer other rewards as well. It’s likely that they’re going to need to offer very rich rewards for the time being in order to entice their customers to stay with them rather than moving credit card and other transactions over to the new Air Canada program that launches. In that sense, Canadians may well enter a real golden period for loyalty value propositions at a time when we’re seeing arguably less value in the U.S.

La roue tourne! Nous étions jaloux des bonus de souscription proposés à nos voisins du Sud… Espérons que Gary ait raison sur ce point!

 

À propos Jean-Maximilien

Jean-Maximilien Voisine est arrivé à Montréal en 2011 et a tout de suite compris l’intérêt des programmes de récompenses pour voyager ou économiser dans la vie de tous les jours. Il conseille ses amis depuis de nombreuses années et a décidé de fonder milesopedia pour partager ses connaissances au plus grand nombre. Il est également un passionné d’aéronautique & de nouvelles technologies.

Vérifiez également

Voyager à bord du Boeing 747 avec les miles

Découvrez quelles sont les possibilités pour utiliser des points & miles afin de voyager dans …

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à l'infolettre!

Fréquence (1 ou plusieurs choix)