Soutenez la Fondation cancer du sein du Québec et Obtenez 150 $ de remise en argent !
Abitibi Temiscamingue

Nos Conseils pour des Vacances en Abitibi-Témiscamingue

En bref

Voici nos conseils pour réussir des vacances reposantes en Abitibi-Témiscamingue et en profiter pour découvrir l'histoire de cette région.

Vacances en Abitibi-Témiscamingue

Se rendre en train

Il y a de ces textes qui raisonnent tellement en nous, qu’on a envie de les partager et de se mettre en action le plus rapidement possible. Celui d’Emilie-Parent Bouchard en 2019 intitulé : Un siècle au rythme du chemin de fer a eu cet effet sur moi.

Je me suis mise à regarder les horaires et tarifs de ce train de Via Rail qui fait la liaison entre Montréal et Senneterre et à m’informer de l’offre touristique de cette vaste région qu’est l’Abitibi-Témiscamingue. Conquise, j’y vais. Enfin, si j’y ai droit. Du côté de la région, en zone orange au moment d’écrire ces lignes, la plupart des établissements et activités disent projeter être de nouveau accessibles pour la saison estivale 2021.

Randonnée au Mont Chaudron
Mont Chaudron, Crédit photo: Valéry Why

Sachez d’abord que présentement il n’y a qu’un départ par semaine vers Senneterre, les vendredis. Les retours vers Montréal se font les dimanches. Prenez aussi note que le trajet dure environ 11:30 heures, parfois au rythme d’une limace qui s’arrête au gré de signes que font en bordure des rails, les pêcheurs, chasseurs, kayakeurs, canoteurs et autochtones qui sortent de leurs expéditions en forêt.

Pour une adepte du slow travel comme moi, c’est parfait.

Il en coûte en classe économie,  186 $ par adulte, aîné (60+) et jeune (12-25 ans) et 92 $ pour les enfants (2-11 ans)  pour l’aller-retour. A cela, s’ajoutent les taxes. Et n’oublions pas que nos milles AIR MILES Argent peuvent couvrir les frais des billets VIA RAIL.

Comme on arrive en train, il faut prendre soin de réserver sa voiture de location à Senneterre. Quelques petits hôtels peuvent nous accommoder sur place la première nuit à moins de préférer rejoindre Val-D’Or à 45 minutes de route.

Train
Crédit photo: Marie-Claude Robert. Ville de Senneterre.

Une Immersion en nature

L’offre touristique de l’Abitibi-Témiscamingue nous convie d’abord à profiter de sa nature omniprésente.

Parcs, campings sauvages ou prêts-à-camper et randonnées pour tous les niveaux réjouiront les amoureux du plein-air. Pour les contemplatifs, rendez-vous avec le glissement des planches à pagaie, kayaks et canots sur des eaux calmes. Ou encore plein la vue sur les paysages agricoles et montagneux du Témiscamingue.

Les pourvoiries pour pêcher et chasser sont aussi nombreuses. Besoin d’un guide de pêche pour vous assurer d’une belle prise ? C’est ici .

Et dans cette forêt boréale peuplée de pins. d’épinettes et de bouleaux, des centaines de lacs abondent de poissons. Un doré pour souper ?

Parc d'Aiguebelle
Crédit photo: Valéry Why

Conseil de Valérie, une bourlingueuse du groupe. Si les parcs de la SEPAQ comme celui d’Aiguebelle, de la Réserve faunique de la Vérendrye et du Parc national d’Opémican n’offrent plus le type d’hébergement désiré, rien ne vous empêche de prendre une passe à la journée  (8,90 $ /adulte – gratuit pour les enfants  et gratuit pour tous à la Réserve Faunique).

Ses recommandations:

  • la Passerelle suspendue du Parc d’Aiguebelle et son sentier de 8 km: l’Aventurier. On peut même louer un canot au Lac Lahaie et passer sous le pont.
  • L’escalier hélicoïdal et les sentiers “Les Remparts et Le Prospecteur” des collines Kékéko.
Parc Aiguebelle
Crédit photo: Tourisme Abitibi-Témiscamingue

Histoire et culture

Les premiers résidents

L’Abitibi-Témiscamingue nous invite aussi à découvrir son histoire que je résume ici en quatre étapes.

D’abord celle de ses premiers occupants que furent pendant des millénaires les nomades Algonquin. Nous leur devons d’ailleurs les termes Abitibi et Témiscamingue qui signifient respectivement : « là où les eaux se séparent » et  « au lac profond ».

Pour honorer pleinement leur héritage: le site Tourisme Autochtone regorge d’informations.

Des POW-WOWS  devraient avoir lieu à l’été 2021 comme à chaque année, dans plusieurs communautés. Celui de Pikogan se démarque à chaque juin. Le centre d’amitié autochtone de Val-D’Or mettra de son côté en vente de jolis articles et un repas-maison à la cafétéria.

On devrait par ailleurs trouver à se loger dans les chalets ou tipis du  centre Kinawit  en bordure du lac Lemoine à Val-D’Or. Des visites, activités et ateliers de découverte en lien avec la culture autochtone sont habituellement offerts sur place. Il sera préférable d’appeler pour s’en assurer.

Art autochtone
Crédit photo: Tourisme Abitibi-Témiscamingue

L'époque de la traite des fourrures

La région n’a reçu la visite des Européens qu’à partir de la moitié du XVII e siècle et ce, dans un contexte économique axé sur la traite des fourrures.

La richesse faunique de l’immense territoire (castors, visons, loups, renards etc) et sa proximité avec les Baies d’Hudson et James attirent alors coureurs des bois, trappeurs et négociants.

Ils répondent ainsi à la demande de la bourgeoisie européenne chez laquelle les manteaux de fourrures et les chapeaux de feutre font tabac.

Lieu National du Fort Témiscamingue
Crédit photo : Tourisme Abitibi-Témiscamingue

Pour immortaliser cette époque, on se retrouve au Lieu Historique du Fort National de Témiscamingue/Obadjiwan, site de Parcs Canada.

Il s’agit d’un petit centre d’interprétation avec une exposition permanente, des activités découvertes, un court-métrage et de belles chaises rouges Adirondack installées devant le grand lac Témiscamingue. Impossible de ne pas imaginer les canots chargés de fourrure se dirigeant vers nous.

Informez-vous  de la programmation disponible pour 2021 auprès du Service national d’information de Parcs Canada au 1-888-773-8888.

Fort Témiscamingue
Crédit photo: Tourisme Abitibi-Témiscamingue

Les coupes forestières et la construction du chemin de fer

Viendront ensuite les années des grandes coupes forestières suivies de la colonisation d’abord du Témiscamingue au sud du territoire puis de l’Abitibi. Nous sommes alors dans les années 1850-1920.

L’offre touristique pour représenter cette époque : le site historique T.E. Draper-Chantier Gédéon  situé à Angliers au Témiscamingue. Il nous introduit au travail des bûcherons et de la drave qu’ont mené les hommes pendant ces années sur le magnifique lac des Quinze.

Les visiteurs peuvent monter à bord du T.E. Draper, l’imposant remorqueur de bois utilisé entre 1920 et 1972 puis sont amenés à découvrir la reconstitution de 5 camps de bûcherons du chantier Gédéon.

Enfin, cette époque laissera sa place avec la construction du chemin de fer, à l’arrivée de milliers de chercheurs d’or. Le grand succès économique de la région de l’Abitibi-Témiscamingue.

T.E. Draper, site historique
Crédit photo: Société des Musées du Québec

Les mines

D’or ou de cuivre, d’argent, de zinc, de plomb ou de nickel, le sous-sol de l’Abitibi-Témiscamingue a littéralement propulsé le territoire sur la carte. Malgré la diversification de son économie au fil des ans, l’industrie minière demeure le coeur économique de la région.

Val-D’or y a trouvé son nom et l’offre touristique qui concerne le sous-sol de la région est très riche.

La Cité de l’Or nous permet de bien comprendre ce que fut l’importance de l’industrie minière en Abitibi-Témiscamingue. Une visite de 2 heures nous amène dans le ventre de la terre, à plus de 90 m de profondeur.

Elle peut-être suivie d’une promenade dans le village minier de Bourlamaque à proximité de la Cité de l’Or où les petites maisons en bois rond qui datent des années 1940 sont toujours habitées.

Mais si on veut voir de nos yeux vus le gigantisme de ce qu’est une mine à ciel ouvert avec ses camions dont les roues font deux fois la hauteur d’homme, il faut aller voir la mine aurifère du projet Canadian Malartic à Malartic même, à une vingtaine de minutes de Val-D’Or.

Cité de l'Or
Crédit photo: Cité de l'Or

En espérant que les visites guidées reprennent en 2021 pour s’approcher des impressionnants camions qui pèsent 850 000 livres et ont une puissance de 2 600 chevaux-vapeur.  Le musée minéralogique associé est quant lui demeuré ouvert.

Mine Malartic
Crédit photo: Tourisme Abitibi-Témiscamingue

Les conseils de membres résidents

Enfin, nous avons demandé à quelques membres résident du territoire de nous livrer des idées d’hébergements, restaurants et activités pour nous faire découvrir la région. En plus bien sûr de petits secrets.

Voici:

  • Le répertoire de l’offre plein air de la région: Accès Plein Air. On y retrouve l’ensemble des voies cyclables, navigables, les sentiers de randonnées, de raquette et de ski de fond le la région 08. Une référence incontournable qui permet aux Témiscabitibiens et aux visiteurs de connaître les nombreuses oasis de nature. Les sites de camping sont également répertoriés. Les activités intenses tout comme les sorties familiales sont mentionnées dans ce guide qui fait le plaisir de ses utilisateurs.
  • Pour les amoureux du monde animal, un détour par Amos pour une visite au Refuge Pageau est recommandé. On y accueille les animaux sauvages en besoin, en vue de leur réhabilitation. La ferme Chalpagas à Saint-Félix-de-Dalquier, près d’Amos serait aussi intéressante. Et puis, la cathédrale vaudrait le détour.
  • À Val-D’Or, la forêt récréative pour ses sentiers de vélo, notamment de montagne et marche
  • Pour le prêt de vélos gratuits à Rouyn-Noranda afin parcourir la boucle de 8 km du lac Osisko ou aller faire un tour en ville. Tandems et chariots disponibles. Et pour la location de planches à pagaie dans la même ville, c’est ici . Pour les fanas de golf, le Golf belvedère serait le plus beau parcours de la région. Enfin, en août, le festival Pyromusical Osisko en lumières a annoncé être de retour en 2021.
  • Côté hébergement La Bannik, situé à Ville-Marie près du Fort Témiscamingue pour ses chalets, camping, plage et activités familiales. Pour Rouyn Noranda, L’Hôtel Albert au centre-ville et l’Hôtel Gouverneur. A Val-D’Or, l’Hôtel Forestel et l’Auberge l’Orpailleur.
  • Pour la restauration, on peut compter sur un intéressant réseau de microbrasseries avec plusieurs bières exclusives. Nommons à Val- D’Or le Prospecteur ou l’Entracte, à Rouyn-Noranda, le Trèfle Noir et au Témiscamingue, Barbe Broue.
  • Du côté gastronomique, les locaux adorent la nourriture du Thaï ou l’ambiance du 2X4 Pub Brut dans la Capitale du cuivre, mais l’offre est très variée au centre-ville avec les pâtes et pizzas du Pizzé ou les steaks du Moulin Noir. Les menus sont également intéressants à Val-d’Or que ce soit pour un repas rapide mexicain au Habaneros ou un repas plus copieux au resto-bar l’Entracte ou le distingué Windsor.

Les cartes de crédit conseillées

Pour économiser sur vos vacances dans la région, nous vous conseillons plusieurs offres parmi les meilleures cartes de crédit au Canada.

Tout d’abord, la Carte CobaltMC American Express. Avec cette carte, vous pouvez obtenir 5 points par dollar pour vos achats à l’épicerie, dans les restaurants, bars et dépanneurs, et vos livraisons de nourriture à domicile. Et 2 points par dollar pour vos achats de voyages et de transports (Airbnb, hôtels, train, billets d’avion, location de voiture, etc).

Vous pourrez ensuite utiliser vos points contre tout achat de voyage effectué avec la carte: 10 000 points = 100 $. Rien de plus simple !

Ensuite, la Carte Marriott BonvoyMC American ExpressMD. Avec cette carte, vous pouvez obtenir 5 points par dollar pour toutes vos dépenses dans les établissements Marriott Bonvoy (il y en a plus de 250 au Canada). Et 2 points par dollar pour tous vos achats.

Vous obtiendrez 60 000 points Marriott Bonvoy en prime de bienvenue, de quoi vous offrir plusieurs nuits gratuites dans les hôtels Marriott Bonvoy. Et chaque année, en étant titulaire de la carte, vous obtenez un certificat d’une nuit gratuite (d’une valeur de 35 000 points).

Ou encore la Carte de crédit MastercardMD Best Western RewardsMD: vous pouvez obtenir 20 000 points après votre premier achat. De quoi s’offrir au moins une nuit d’hôtel gratuite. Et cette carte est sans frais annuels !

Enfin, la Carte Mastercard BMO AIR MILES World Elite. Avec cette carte, vous pouvez obtenir une prime de bienvenue exceptionnelle de 3 000 milles AIR MILES (une exclusivité de milesopedia). Vous pourrez ensuite utiliser ces milles pour vos voyages comme des billets de train avec VIA Rail, des billets d’avions, ou des hôtels. Ou des remises en argent à l’épicerie.

Profitez-en: la carte n’a aucuns frais annuels la première année !

Crédit Photo de couverture: Tourisme Abitibi-Témiscamingue

HSBC Canada Credit Cards

Laisser un commentaire

Lectures conseillées