Mes astuces pour voyager avec les enfants en avion

En bref
Vous êtes-vous déjà demandé en embarquant dans un avion, s'il y avait un ou des enfants à bord proche de votre siège ? C'est à peu près le cas pour tout le monde. Voici mon point de vue en tant que parent et mes astuces pour voyager avec eux afin de respecter au plus possible les autres passagers.

Actualité

Dernièrement Japan Airlines a annoncé un nouveau service à bord pour ses passagers : lors de leur réservation en ligne, il leur sera possible de visualiser sur un plan de l’appareil les places occupées par des passagers voyageant avec un ou plusieurs enfants de moins de 2 ans.

La sélection de sièges sur Japan Airlines

Certains seront donc contents de pouvoir s’éloigner de ceux-ci et enfin trouver le sommeil.

En quoi un enfant serait différent d'un adulte ?

De nos jours, on voyage davantage, et sur de plus longues distances avec plus ou moins de confort qu’avant suivant la classe où l’on est (en économie, il y a plus de sièges sur une même rangée avec moins de places aux jambes, ce qui n’arrange pas la situation pour les parents).

Les enfants d’aujourd’hui aussi sont différents :

  • plus connectés
  • plus ouverts sur le monde
  • peut être même plus “pourris gâtés” c’est vrai.

Les temps changent et il est difficile de comparer au passé tant les choses sont différentes pour chaque génération.

Les parents sont de plus en plus pointés du doigts et particulièrement dans les avions.

Tout ce que l’on peut faire c’est s’adapter.

Pour un enfant, les vacances commencent dès l’arrivée à l’aéroport. L’excitation ou le stress peuvent vite monter.

Certains enfants auront peut-être envie de chanter, danser en chemin jusqu’à l’embarquement dans l’avion. Un peu comme notre fille Alexandra…

D’autres se réfugier, crier ou pleurer dans les bras d’un des parents du fait de la peur du changement. Un peu comme notre fils Arthur…

Un enfant sait s’extasier de tout et exprimer ses émotions alors qu’un adulte a appris à contrôler celles-ci.

Les adultes sont presque comme “blasés” de rentrer dans un avion ! Nous rentrons dans un moule.

Mais des fois, même un enfant heureux et qui rigole gentiment peut sembler déranger certains

Comme la communauté milesopedia l’a mentionné, il n’est pas nécessaire d’être un enfant pour nuire à l’espace des autres. Tous les passagers adultes ne sont pas disciplinés et on ne les verra jamais apparaître sur le plan de l’appareil 🙂

Ils peuvent tout à fait être aussi insupportables ! Les adultes que l’on remarquera certainement sont parfois ceux qui sortent de la norme et qui n’auront pas eu l’habitude de voyager fréquemment en avion. D’autres n’auront tout simplement aucune manière et feront comme bon leur semble !

Mon avis

Pour ma part, je n’en fais pas une maladie, surtout depuis que nous sommes parents.

J’accepte de voyager avec des enfants dans les parages autre que les miens, tant que les parents démontrent qu’ils font de leur mieux. Je ne peux que comprendre les phases que certains traversent !

Chaque enfant est différent, a son caractère, ses manies. Si un enfant tape dans le dossier, au parent de réagir et ne pas laisser faire par exemple.

Chaque parent doit apprendre à comprendre les besoins de son enfant grandissant, chose non évidente, d’autant plus si celui ci souffre d’une quelconque déficience ou trouble tel que l’autisme !

Depuis maintenant 4 ans, nous connaissons les joies et horreurs que de voyager avec Alexandra et depuis 2 ans avec Arthur. Nous avons parcouru des kilomètres et des kilomètres avec eux. Que ce soit en voiture, en avion, en taxi, en bateau, en train que sais-je encore: nous nous sommes adaptés.

Cela n’a pas toujours été facile. Alexandra est une petite fille très vive, rieuse, intelligente mais qui aime décider de tout et diriger voire contrôler ses parents et Arthur est en plein dans son terrible two, phase du non et de l’affirmation!

Et nous ne sommes pas épargnés. Parfois nos journées virent en crises de nerf du fait de la fatigue de l’un ou de l’autre, de la faim, de la jalousie, du froid ou du chaud, d’être malade, d’un trop plein d’excitation, d’un décalage horaire.

Nous avons nos hauts et nos bas et devons aussi faire face aux crises de nos enfants. Parfois cela fonctionne rapidement et d’autres fois non. Et le fait de se retrouver dans des espaces aussi confinés que les avions complique les choses que ce soit par exemple pour :

  • attacher leur ceinture (alors que la ceinture est bien pesante et gênante) alors que la consigne est allumée,
  • se déplacer avec eux (perte d’équilibre),
  • récupérer un jeu (dans un sac en hauteur ou tombé sous les sièges),
  • changer une couche (sans se taper soi-même la tête dans cet espace si confiné que des toilettes d’avion),
  • donner à manger (avec un verre rempli à ras bord à la limite de tomber)
  • aller aux toilettes (pendant que notre enfant joue avec le papier toilette ou même la cuvette),
  • dormir sur son siège (bien dur et bien droit à la différence de la maison)

Un enfant a t-il sa place en classe affaires ?

Grâce aux points & milles obtenus avec les cartes de crédit, nous avons l’occasion de voyager en classe affaires avec les enfants.

Pourquoi voyageons nous en classe affaires avec eux ? Pour ennuyer les passagers de cette classe voyons, ben tiens ! … Bien sûr que non. Seulement, lorsque nous faisons de grands trajets, il s’avère que c’est plus facile avec les enfants :

  • On y retrouve plus d’espace entre les sièges ce qui facilite nos déplacements
  • Un embarquement dans les premiers pour une installation en cabine plus rapide. De même, à l’arrivée (on général, on n’a qu’une hâte, sortir de là avec les enfants pour qu’ils puissent se dégourdir les jambes !)
  • Un siège qui s’allonge comme un lit
  • Plus de place aux pieds permettant de faire une cachette aux jambes ou jouer au sol.
  • Des écrans de meilleurs qualités.
  • Des toilettes en général plus grande avec une attente moins longue.
  • Une cabine avec moins de monde, donc moins d’excitation ou d’éléments perturbateurs pour eux.
  • Des repas complets avec plus de collations disponibles.
  • Un service encore plus sympathique et hors pair par l’équipage.
  • Des parents qui arrivent “moins” épuisés à l’atterrissage…

ou pas …

Faut-il en vouloir aux parents ?

C’est aux parents de faire en sorte de gérer leurs enfants ou minimiser leurs crises, de prévoir ce qu’il faut pour les tenir en place c’est un fait.

On conseillera à chaque parent d’arriver préparé, calme et en forme pour le vol.

Un bon repérage de l’aménagement de la cabine avec les toilettes aidera aussi. Un parent peut toujours se préparer à toute éventualité et la mise en situation est le meilleur apprentissage qui soit. Mais parfois on ne peut voir venir les choses !

Exemple, lorsque notre fille a vomi lors de notre vol vers San Francisco dernièrement: je n’ai pas eu le réflexe de sortir tout de suite le sac à vomi ayant Arthur endormi dans les bras. Qui aurait eu le réflexe en moins de 10 secondes ?

Lorsqu’un enfant vomit, rares sont les passagers qui penseront aussi à donner un sac au parent … chacun cherchera surtout à regarder ailleurs plutôt qu’à aider le parent mal pris.

En tant que passager, vous pourriez par exemple prévenir l’hôtesse de l’air et demander du papier pour le parent et un sachet de café pour enrayer l’odeur. Le personnel de bord est habitué à ce type de situation.

Sur la liaison Montréal-San Francisco, l’hôtesse m’a avoué avoir une personne malade à chaque fois du fait des turbulences. Le coussin du siège peut même être changé, voyez avec l’équipage. Il y en a en général toujours 1 en surplus.

Faisons la part des choses et ne jugeons personne.

Préparation des enfants

Comme on prépare son voyage, on prépare aussi ses enfants !

La phase de préparation concerne plus les parents ayant des enfants de 0 à 6 ans, puisqu’ils ont plus de mal à gérer leurs émotions et la patience. Comme dit Sophie Reis du site BBJetlag, un enfant ça se prépare en général bien avant le vol, lorsque celui-ci commence à marcher.

Voyager avec un bébé de 1 mois jusqu’à 8 mois se fait généralement très bien (d’autant plus si vous allaitez), alors que la période la plus difficile reste celle entre 18 mois et 3 ans et demi à mon sens.

On lui explique les différentes phases du voyage. Tentez d’impliquer l’enfant à chaque phase de l’aéroport plutôt que de lui faire subir la course (enregistrement, sécurité, douane) et faites en sorte qu’il se défoule un peu avant de rentrer dans l’avion.

Un sac à garder proche de vous sera donc à préparer, dans l’idéal au moins la veille du départ. Si plusieurs voyages s’enchaînent tel qu’en tour du monde par exemple, tentez de toujours refaire les stocks suivant cette liste (goûter, jeux, vêtements).

Pensez au porte-bébé aussi, très utile pour les déplacements dans l’aéroport afin d’avoir les mains libres (vous aurez à détacher votre bébé et à ôter le harnais à la sécurité en général) ainsi que dans l’avion afin de bercer votre bébé et réussir à l’endormir par exemple.

Sac à dos de survie pour les parents

Cette liste est bien sûr à adapter en fonction de chaque famille, de l’âge de l’enfant et de chaque voyage. Pour moi, elle est suffisante, peut-être que d’autres aimeront prendre plus.

Demandez toujours à l’équipage s’ils ont un petit quelque chose pour votre enfant. Ça peut être une peluche, des crayons, des décalcomanies.

Liste pour Papa Maman :

Pour les plus petits :

  • Bavoirs
  • suces
  • attache-jouets/suces
  • biberons de lait ou d’eau pour les dépressurisations

Notre fils adore les brosses à dents. Petit, nous lui donnions pour qu’il mâchouille, ça l’occupait un bout…

  • Oreiller gonflable si nécessaire, couverture / doudou. Parfois le simple foulard de maman peut suffire comme doudou ou couverture.
  • Couches et Lingettes désinfectantes
  • Collations : compotes de fruits (attention aux dégâts bien sûr), biscuits salés ou sucrés faciles à manger (éviter biscuit au chocolat, qui s’émiette ou qui colle par exemple), bonbons (sucettes pour la pression), stick fromage
  • Gourde d’eau ou Biberon de lait : prévoir le temps de chauffe par l’équipage si votre enfant le prend chaud sinon le faire chauffer préalablement dans un café avant d’embarquer
  • Vêtements de change pour enfants et parents
  • Papiers / Mouchoirs facilement accessibles (poche externe)
  • Sac à vomi et petit Sac poubelle pour y mettre les vêtements souillés au cas où
  • Trousse médicaments

Sac de jouets

  • Petite boite qui servira de support pour éviter de faire tomber les jeux par terre avec à l’intérieur
    • LEGO, Playmobil,
    • figurines type polly pocket, disney ou super héros
    • voitures
  • Crayons et cahier coloriage. Dessiner pour eux des animaux ou circuit de voitures par exemple qu’ils pourront colorier ensuite.
  • Stickers, décalcomanies de différentes sortes. Ne sortez pas tout, faites en des surprises dans des enveloppes pour faire durer le suspense.
  • Tablette, téléphone ou autre appareil électronique avec écouteurs adaptés pour enfants :
    • Prenez un abonnement Netflix pour leur mettre film et épisodes : dites-vous que votre enfant est en vacances. Il reprendra son rythme une fois rentré à la maison. Pensez qu’il n’y a pas toujours de wifi dans l’avion donc il est nécessaire de télécharger les contenus avant votre départ !
  • 1 ou 2 livre(s) (petit avec photos et plusieurs histoires pour rituel dodo par exemple ou “cherche et trouve”)
  • “Petites Récompenses” pour bons comportements, quelques sacs à “surprises” à déballer en cas d’impatience ou enveloppes surprises avec dessins.

Idées de Jeux

Inventez un jeu, faite rire, grimacez !

  • Notre fils, petit, adorait lorsqu’on créait un personnage avec nos 2 doigts qui grimpait en haut des sièges et tombait dans le vide, en imitant un cri de chute et de bobo. C’est bête mais cela nous a rattrapé des crises maintes fois.
  • Notre fille adore en ce moment jouer à Roche-Papier-Ciseau, imaginer une histoire ou encore Knock! Knock! Who’s there?
  • Regardez ensemble vos anciennes photos de voyage
  • Montrez leur votre prochaine destination sur une carte et les animaux qu’ils y verront ou activités qu’ils y feront
  • Créez une vidéo avec eux : ils seront contents de participer à la création et revoir plusieurs fois le film.
  • Jouez avec votre enfant à faire des photos rigolotes (Mickey, maquillage, arc en ciel ou monstre les amuseront)

Notre liste à enregistrer

Quelques principes à tenter de respecter

Un enfant qui est fatigué ou qui a faim sera plus susceptible de faire une crise. Si vous commencez à voir ces signes, n’attendez pas le dernier moment. Prenez le dans les bras si possible, allez balader avec lui ou donnez lui une collation qu’il aime.

En fonction de l’âge, recréez le rituel du soir pour faciliter l’endormissement.

Pour certains vols longs où ils devaient dormir dans l’avion, après repas, on les changeait en pyjama ou tenue plus décontractée, leur brossait les dents et on arrêtait les écrans pour passer  à la lecture d’une histoire avant de tenter de les endormir. Parfois cela fonctionnait d’autre fois non, mais qui ne tente rien n’a rien !

Un parent pour un enfant : répartissez vous les enfants si vous en avez 2 ou plus et faites en fonction des affinités. Les crises seront plus faciles à calmer s’il y a. Lorsque nous voyons des sièges vacants, Jean-Maximilien n’hésite pas à s’installer avec Alexandra à part afin d’éviter une surenchère dans l’excitation.

Certains moments de jeux ou vidéos ensemble sont biens mais peuvent parfois virer aussi aux crises.

Eviter les jeux bruyants, encombrants ou les petites pièces difficiles à retrouver. Je conseille de faire entrer tous les jeux dans un petit sac de toile que l’on mettra dans notre sac à dos ou que les enfants pourront porter. Ce sac est amené à peser plus lourd si vous achetez d’autres jeux pendant le voyage donc ne le chargez pas trop dès le départ !

Évitez les jalousies si vous avez 2 enfants ou plus ! Pour en avoir fait les frais plusieurs fois, une leçon que j’ai apprise lors de nos derniers voyages est de prendre la même chose pour l’un et pour l’autre : pour la collation, le repas et le jus ou dans les crayons de couleur. De même prévoyez un appareil électronique pour chacun ! Une crise peut vite survenir du fait de l’envie de ce que l’un a et l’autre n’a pas.

Tout comme pour vos valises, compartimentez bien votre sac à dos pour vous y retrouver facilement et surtout rapidement !

Enfin même si vous faites de votre mieux, ne pas prendre pour soi les regards méprisants de certains passagers. La grande majorité des gens comprendront.

Acceptez de ne pas avoir réponse à toute crise et apprenez de vos erreurs pour la prochaine fois!

La fatigue se fait vite sentir avec les enfants donc courage, faites des pauses et relayez-vous si vous le pouvez.

Liste de survie pour les passagers n'aimant pas les enfants ou voulant s'en éloigner

Pas de secret, il faut prendre son mal en patience !

Et entre nous, les parents aussi “détestent” leurs enfants par moment lorsqu’ils n’écoutent rien. Lorsqu’un enfant est buté sur quelque chose, la tâche est ardue pour le parent. Un parent se donne déjà 24/24 avec son enfant. Il y a donc des relâchements qui arrivent et parfois … c’est dans l’avion du fait de la fatigue accumulée!

Soyez compréhensif.

Tentez de vous changer les idées pour faire passer le temps, la crise ne sera peut être pas si longue du moins on vous le souhaite !

  • Choisir des places loin des premiers rangs où se trouve en général les plus petits du fait de la bassinette
  • L’indispensable Kit Bouchons d’oreilles & Masque pour les yeux
  • Casque réducteur de bruit tel que le Bose QC35 pour la lecture ou écouter de la musique / film
  • Aller faire un tour aux toilettes
  • Discuter avec l’équipage
  • Aller grignoter un en-cas à la cuisine
  • Faire rire le bébé qui pleure à côté de vous 🙂

Conclusion

Pour les parents désireux de faire de leur mieux, je leur conseille de faire un tour sur le site BB Jetlag qui regorge d’informations pour les voyages avec enfants incluant l’avion. N’hésitez pas sinon à rejoindre son groupe facebook aussi pour échanger avec d’autres parents.

Un chapitre entier aussi est consacré au voyage en avion avec les enfants dans le livre de Sophie Reis (A l’aéroport et dans l’avion) ainsi que plusieurs listes / aides mémoires pratiques en fin de livre :  « Le Guide des parents voyageurs : s’inspirer, s’informer, s’équiper, 0-12 ans.

Si vous ne connaissez pas le livre, je vous suggère de lire mon autre article où je vous en fais une présentation !

On vous le rappelle, vous pouvez économiser 15% sur vos achats auprès de BB Jetlag grâce au code promotionnel exclusif: MILESOPEDIA.

Facebook Live

Nous avons d’ailleurs décidé d’animer avec Sophie le 18 octobre à 12 h, un Facebook Live sur la page de BB Jetlag sur le thème: Voyager en famille gratuitement (ou presque…!) .

L’occasion pour vous de nous poser toutes vos questions dès à présent: vous pouvez les indiquer en remplissant ce formulaire.

Nous nous ferons un plaisir d’y apporter une réponse lors de ce Facebook Live.

La communauté milesopedia

Vous aimeriez voyager gratuitement (ou presque…) avec vos points ?

Devenez membre de la communauté milesopedia en rejoignant le groupe facebook !

Laisser un commentaire